myban-area myban-area myban-area myban-area
myban-area myban-area myban-area myban-area

C’est l’étape cruciale du mariage coutumier car elle constitue la cérémonie de mariage proprement dite. Si les étapes intermédiaires n’ont pas étérespectées, c’est lors de la remise de la dot que tout se passe. Ancrée dans nos mentalités et nos traditions, la dot a étéinterdite en 1963 par le Président Léon Mba mais aujourd’hui encore, personne n’envisage un mariage sans dot. C’est une cérémonie qui s’articule autour de codes et scènes théâtralisées.  Mais, qu’entend t-on par le mot « dot » ?

La dot dans la conception africaine (différente de la définition occidentale) est l’ensemble des biens et des présents apportés par la famille du futur mariéen vue de sceller l’union entre les conjoints et les deux familles. A travers les générations la dot a subi plusieurs modifications liées notamment au modernisme mais dans sa signification, elle conserve toute son essence àsavoir : une compensation symbolique (Cf. Les règles coutumières au Gabon. Parenté, mariage, succession de Faviola Tapoyo/ Protocole du mariage coutumier au Gabon de Justine EloMintsa et Grégory Ngbwa Mintsa).

D’ailleurs, la composition de la dot varie d’un groupe ethnique àun autre constituégénéralement du montant de la dot àverser et d’autres articles tels des boissons alcoolisées et non alcoolisées, des pagnes, de foulards, tabacs, pétrole,….

Malgréle temps qui passe, des objets symboliques et incontournables font toujours partie de la dot : l’enclume, le marteau indigène, le fer, la tortue,….qui ont chacun une signification bien précise.

La dot garantissant la filiation, notons que si les futurs mariés ont conçu un ou plusieurs enfants avant le mariage coutumier, c’est justement au cours de la cérémonie de remise de dot, que le futur époux et sa famille s’acquittent de :

– La reconnaissance de(s) l’enfant(s) et du
– Le nom de(s) de l’enfant(s)

Par le versement d’une somme d’argent et de quelques articles.

C’est également au cours de la remise de dot que toutes les étapes précédentes sont accomplies si elles n’ont pas étérespectées par le futur époux.

1. La dot de la «nuit »

Chez les obamba (sous-groupe ethnique établiàl’est du Gabon dans la province du Haut-Ogooué), la remise de la dot se fait en deux étapes. La veille de la remise de dot officielle, le prétendant et sa famille vont se rendre discrètement chez la famille de la femme pour remettre quelques présents et une somme d’argents destinés exclusivement aux géniteurs de la femme.

Ainsi, des délégations restreintes des deux familles (4 à5 personnes de part et d’autre) assistent àla cérémonie qui est généralement moins longue et protocolaire que la remise de dot du «jour ». La future mariée est souvent accompagnée de son frère et de son oncle maternel. Après les présentations usuelles, la famille du mari annonce l’objet de leur visite. Si la future mariée consent au mariage, elle le fait savoir àtravers le rituel de la cuillère. Pour symboliser son consentement, elle remet la cuillère àson frère qui la remet au père qui, àson tour, la remet àl’oncle. Cf Le mariage africain, entre tradition et modernité: étude socio-anthropologique du couple et du mariage dans la culture gabonaise de Cornelia Bounang Mfoungue. Le prétendant et sa famille vont procéder à la remise des présents avant le moment de convivialité qui clôt la cérémonie.

2. La dot du «jour »

La dot du «jour »est la remise officielle et en public de la dot. Elle se déroule globalement comme la cérémonie de remise de dot dont on a présentéles principales caractéristiques.

Liste de la dot

La liste de la dot est le support écrit des présents àramener par le futur mariéet sa famille le jour du mariage coutumier ou remise de la dot. Elle est établie par des personnes « ressources »(père et ou oncles) de la famille de la future mariée. Elle peut s’inspirer d’une liste standard qui est appréciée de manière collégiale avec la collaboration ou non de la future mariée. Chez certaines ethnies, une fois établie, les familles du couple conviennent d’un rendez-vous pour prendre possession de celle-ci qui obéit àun protocole imposépar la famille de la femme.

ll est souvent différente d’une famille àune autre et d’un groupe ethnique àun autre mais il y a des articles incontournables et communs àtoutes les listes quel que soit l’ethnie. A ce niveau, c’est la quantitédemandée et l’exigence d’une marque de produit qui vont faire la différence. De même, selon les groupes ethniques, la dot est remboursée ou non et cette information est soulignée par l’orateur de la famille de la mariée àl’issue de la cérémonie de remise de dot. Ainsi, le mariéet sa famille savent àquoi s’en tenir en cas de litiges.

En plus des présents matériels, une somme d’argent déterminée et précisée dans la liste de la dot doit être donnée par le prétendant et sa famille lors de la remise de la dot. Ce montant est variable mais peut aller jusqu’àplusieurs millions de francs CFA.

De façon générale, le mariage coutumier coûte très cher aux deux familles, heureusement, pour soutenir les mariés, les familles respectives s’acquittent de contributions financières variables qui participent àl’organisation de l’évènement.