myban-area myban-area myban-area myban-area
myban-area myban-area myban-area myban-area

 

Par définition, le mariage est l’union légitime d’un homme et d’une femme, afin d’organiser la vie commune et de préparer la création d’une famille. La coutume elle, est une pratique suivie par la plupart des personnes et consacrée par l’usage ; par coutume on peut également sous-entendre la pratique, la tradition, les rites ou encore les mœurs.

Au Gabon comme dans de nombreux pays africains, le mariage coutumier a plus de force que le mariage civil lorsqu’on parle d’union, parce qu’il implique deux familles (jamais deux personnes), et quatre clans. C’est un évènement qui est géré par les structures familiales complètes. Et, àce propos, il se déroule selon une procédé bien établi, reproduit quasiment de la même façon pour tous les mariages ; les mêmes rituels, les mêmes scènes, les mêmes gestes et les mêmes codes à quelques différences près selon les groupes ethniques.

De façon générale donc, le mariage coutumier (remise de la dot)  au Gabon présente les caractéristiques suivantes :

 

- Il a toujours lieu dans une cour aménagée pour la circonstance

- Il y a un endroit dédié et spécialement construit pour accueillir les futurs mariés au terme de la cérémonie

- Il se déroule toujours dans la famille de la future épouse

- Il se déroule souvent la journée à quelques exceptions

- La majorité des membres de la famille et des amis du prétendant arrivent au même moment

- Il a lieu devant une assemblée composée des deux familles des futurs mariés assises face à face

- Il ya un espace qui sépare les deux familles et qui est réservé pour la présentation et le dépôt de la dot

- Bien que l’objet de la visite soit connu, la famille de la femme pose toujours la question de savoir pourquoi cette visite avec  autant de personne chez elle ce jour-là.

- Il se déroule en l’absence des deux futurs mariés qui sont cachés

- Il y a une distinction vestimentaire qui différencie la famille de la mariée et celle du marié. Tous les membres d’une même famille portent le même pagne, différent de celui porté par l’autre famille en face

- Ce sont deux hommes (orateurs) qui vont représenter les deux familles et qui, à tour de rôle, prendront la parole en mettant en exergue leur sagesse et leurs qualités d’orateurs

- La cérémonie s’organise autour d’une langue vernaculaire commune qui est celle de la famille de la femme sinon, la famille du prétendant puisque c’est elle qui va chez la famille de la femme, doit « payer le droit»de communiquer dans une langue que les deux familles comprennent. Au Gabon, et souvent pour les mariages mixtes (conjoints de groupes ethniques différents) les échanges se font en français

- La cérémonie est ponctuée de concertations au cours desquelles certains membres des familles respectives se retirent pour prendre une décision commune

- Selon les organisations, deux à trois apparitions de la mariée sont pré Lors de la première « sortie», la mariée est présentée de façon particulièrement traditionnelle. Sa tenue vestimentaire est réalisée avec les motifs du pagne que porte sa famille. Le pagne peut être associé à du raphia ou un autre type de tissu. La coiffure et le maquillage sont aussi réalisés de façon traditionnelle ; la coiffure faite de tresses nattées et l’usage du kaolin pour le maquillage. Une tenue vestimentaires et une parure de bijoux aux motifs du pagne de sa belle-famille cette fois marque la deuxième sortie de la mariée.

- Les apparitions de la mariées sont rythmées et s’accompagnent d’un chant souvent chargé de sens et porteur de message. La mariée est entourée des membres de sa famille (souvent la gente féminine) qui l’aide à avancer en plaçant au sol des feuilles de bananier ou des nattes sur lesquelles la mariée pose ses pieds.

- Une mise en scène est organisée pour que le prétendant reconnaisse sa promise ou un parent (souvent un des frères ou neveux) soit mandaté pour aller chercher la marié

- L’autorisation et le consentement de la future épouse est toujours sollicité auprès du père/oncle maternelle

- La famille du futur marié est en position de «demandeuse» et c’est elle qui apporte la dot

- La famille du futur marié est exposée tout au long de la cérémonie, à des pénalités ou amendes.

- La dot est partagée dans et entre les familles de la mariée avec prééminence des parents de la mère chez les ethnies à régime matrilinéaire ou ceux du père chez les ethnies à régime patriliné

- Au terme de la cérémonie de remise de la dot, chacun des époux est confié à un membre de sa belle-famille. Celui-ci sera le conseiller du couple en cas de différence

  • Au Gabon, de nombreux mariages ont habituellement lieu au cours de la saison sèche (de juin à fin août) et au mois de décembre
Les présentations ou fiançailles
La dot
La livraison nuptiale
9 Partages